5 fautes d’orthographe courantes au travail

You are currently viewing 5 fautes d’orthographe courantes au travail
5 fautes d'orthographe courantes au travail

Vous êtes peut-être de ceux qui relèvent la moindre erreur de français dans les mails professionnels ou les présentations de leurs collègues. Pourtant, dans le monde du travail, certaines fautes d'orthographe sont si courantes qu'elles concurrencent presque la graphie d'origine. Connaissez-vous l'écriture des 5 expressions à suivre ?

Vous avez dit mémotechnique ?

Nous l’avons tous entendu au moins une fois en formation ou en réunion : « Trouver un moyen mémotechnique », une méthode pour se rappeler facilement d’un mot de passe, d’un nouveau procédé à respecter, du nom d’un fournisseur… Ce terme fait néanmoins partie des fautes d’orthographe courantes en entreprise. 

Comme il fait écho à la mémorisation, il nous semble si naturel que nous sommes nombreux à ne pas vouloir entendre le « n » de la première syllabe. C’est pourtant bien « mnémotechnique » que nous devons employer. Finalement, cela ne nous pose aucune difficulté quand nous parlons d’ « amnésie » , dont la racine grecque évoque, elle aussi, la mémoire. 

Connexion ou connection ?

Parfois, le français a ses raisons que la raison ignore… Le verbe « inspecter » est à l’origine du substantif  « inspection », « injecter » produit « injection » et « connecter » donne… « connexion » . Bien qu’écrire « connection » puisse paraître logique, c’est contre toute attente, réservé à l’usage de l’anglais. 

Aurions-nous privilégié « connexion » par pur esprit de contradiction avec la langue anglaise ? C’est ce que suggère Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe. 

En terme de ou en termes de ?

En français, nombreuses sont les expressions à connaître par cœur pour éviter les fautes d’orthographe. Dans le milieu professionnel, celle-ci est bien utile : « En termes de » budget, communication, temps de travail… Peu importe si ce groupe de mots est suivi d’un ou de plusieurs éléments, il reste au pluriel. « En terme de » n’existe pas dans la langue française.   

Acceuil ou accueil ?

Certaines fautes d’orthographe relèvent peut-être plus de l’inattention que de la méconnaissance. C’est le cas d’ « acceuil » que l’on rencontre fréquemment, et particulièrement dans le secteur du digital. Retrouver cette graphie en grand format sur les sites Internet reste rare. Cependant, elle se glisse très facilement dans les URLs des pages web. 

Quoi qu’il en soit, pour pouvoir être prononcée comme dans « accord » et pas comme dans « accent », la double consonne « cc » doit être suivie du « u » et non du « e » . Ainsi, c’est bien la forme « accueil » que nous devons retenir. 

La 5e ou la 5ème erreur ?

Terminons avec les abréviations des adjectifs numéraux souvent utilisées pour décrire une série d’étapes. « Premier » abrégé « 1er » fait en général l’unanimité. En revanche, au féminin, c’est une autre affaire. On rencontre beaucoup plus souvent « 1ère »  que « 1re » qui adopte pourtant la bonne typographie. 

À partir de « deuxième », les vraies et les mauvaises versions sont ex aequo. Il faut écrire « 2e » et non « 2ème » . Seulement, dans les médias, les excès de zèle se multiplient. On peut lire, au journal télévisé, « le 20ème arrondissement de Paris » . Par ailleurs, les affiches du « 25ème » festival du livre ou salon de l’emploi fleurissent aussi dans le secteur de l’évènementiel… de quoi induire tout le monde en erreur.

Des ressources fiables pour éviter les fautes d'orthographe

Nous pouvons tous avoir un doute sur un mot ou une expression. Dans ce cas, n’hésitez pas à vous rendre sur les sites de l’Académie française et du Projet Voltaire. Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, vous pouvez encore faire appel aux experts du forum Question Orthographe Voltaire

Ingrid Pilard

Consultante SEO et rédactrice web

Laisser un commentaire