UX writing : 4 fondamentaux pour la rédaction de vos contenus courts

You are currently viewing UX writing : 4 fondamentaux pour la rédaction de vos contenus courts

Avez-vous déjà entendu parler d’UX writing ou de microcopie ? Apparue il y a seulement 10 ans, cette branche de la rédaction web a déjà convaincu les GAFA et s’impose maintenant en France. L’expérience utilisateur occupe une place centrale dans cette discipline toute nouvelle et dans le tunnel de conversion. Définition et grands principes, je décrypte avec vous cette tendance du digital.

Comment est né l'UX writing ?

L’UX writing est si récent qu’il existe peu d’ouvrages sur le sujet. Dans son livre UX writing, le guide de la microcopie, Kinneret Yifrah remonte en 2009 pour expliquer l’émergence de cette tendance.

Cette année-là, Joshua Porter rédige l’article Writing microcopy où il explique comment l’ajout d’une phrase sur un formulaire de commande lui a permis de réduire les erreurs de facturation d’un de ses clients. Cela donne lieu à une première conférence sur le sujet et depuis, l’UX writing continue de se développer.

Aujourd’hui, les entreprises du digital n’hésitent plus à recruter des UX writers à temps plein. C’est le cas des géants d’Internet comme Apple ou Facebook, mais aussi d’Openclassrooms ou encore de Qonto.

Qu'est-ce que l'UX writing ?

Pour comprendre le terme d’UX writing, il faut déjà savoir qu’UX signifie Expérience Utilisateur. Ainsi, l’UX writing concerne tous les mots ou phrases d’une interface web en lien direct avec les actions des visiteurs. 

« Faire de l’UX writing c’est rédiger de façon efficace tous les contenus courts susceptibles de déclencher une action de l’utilisateur. »

Le champ d’application est large :

  • Page de contact
  • Formulaire d’inscription
  • Procédure de récupération d’un mot de passe
  • Message d’erreur ou de confirmation
  • Onglets du menu principal
  • Bouton d’appels à l’action
  • FAQ
  • Paramétrage d’un logiciel…
page d'erreur 404 de Netflix
Page d'erreur 404 de Netflix : https://www.netflix.com/fr/404

Quel intérêt pour vous et le lecteur ?

L’UX writing améliore l’expérience utilisateur avec des contenus utiles mais aussi attrayants. Il facilite tous les processus d’utilisation d’un site Internet mais a également pour effet de convaincre. Du point de vue de l’entreprise, les avantages sont multiples :

  • Une meilleure image grâce à une communication adaptée.
  • Une plus grande satisfaction client avec un confort d’utilisation et un discours empathique.
  • Une diminution des réclamations et des litiges grâce à des informations claires.
  • Une augmentation du taux de conversion avec un contenu convaincant qui guide correctement l’utilisateur. 

Les 4 fondamentaux de l'UX writing

L’UX writing se concentre sur la création de petits contenus pour produire un maximum d’effets. Cette tendance du digital optimise l’expérience utilisateur en se reposant sur 4 principes fondamentaux.

1. Collaborer avec l'UX designer

Faire de l’UX writing seul n’est pas possible, ni pour la personne en charge de la rédaction, ni pour celle chargée de l’intégration. Pour cette raison, la microcopie est un travail à mener en collaboration avec l’UX ou le web designer.

Les mots ou phrases sont nécessairement associés à un graphisme. L’ensemble formé doit faciliter la compréhension de l’interface. Cela suscite aussi l’envie d’aller plus loin : inscription à une newsletter, lecture d’un article, achat de produits ou services.  

À titre d’exemple, cette page d’Urgo guide parfaitement l’utilisateur dans ses besoins grâce à son contenu graphique et rédactionnel

Urgo guide l'utilisateur avec un contenu rédactionnel et graphique
source : https://urgo.fr/vos-maux/

2. Ne pas perdre de vue sa ligne éditoriale

La ligne éditoriale que vous avez définie s’applique même au plus petit des contenus : vouvoiement, registre de langage, liste d’émoticônes acceptées…

Le ton et la voix de l’entreprise doivent se ressentir partout ! Cela permet d’humaniser le discours. L’internaute reconnaît une identité et n’a pas l’impression d’interagir avec un robot.   

De plus, la confiance est meilleure quand l’image de marque reste cohérente. Écrire de façon très formelle lorsque l’on a une communication plutôt dynamique peut freiner l’enthousiasme de sa communauté. 

La marque Michel et Augustin illustre ce qu’est la maîtrise de l’UX writing. Ici, l’inscription à la newsletter est complètement adaptée à ses codes.

formulaire d'inscription à la newsletter de Michel et Augustin
Source : https://www.micheletaugustin.com/

3. Viser la lisibilité absolue

Chaque mot a un rôle précis et les indications données permettent de lever tous les doutes et inquiétudes en un minimum de temps. Le texte rédigé doit donc être clair et concis pour une lisibilité optimale. Voici quelques conseils pour y parvenir :

  • Éliminez le jargon technique.
  • Favorisez les phrases courtes.
  • Utilisez le présent et la voix active autant que possible.
  • Aérez le texte avec des paragraphes, des listes à puces et des images.

« Écrire est facile. Tout ce que vous avez à faire c’est de rayer les mauvais mots. »

Mark Twain

4. Se mettre à la place de l'utilisateur

Que recherche l’utilisateur ? De quelles informations a-t-il besoin ? Quel est son niveau de connaissance du produit ou service ? Ces questions orientent la rédaction. Pour choisir l’information à délivrer, il faut se mettre à la place de son audience.

La définition de vos personas en amont de la création de votre site Internet devrait pouvoir vous y aider. Il faut ensuite prendre en compte les contextes d’utilisation possibles : navigation sur smartphone, problèmes de vue, contraintes de temps… Des préoccupations qui rejoignent à la fois celles de la qualité web et de l’accessibilité.

Pour obtenir le résultat escompté, rien de mieux que le test ! La collaboration avec un graphiste ou un designer pour concevoir le wireframe ou la maquette doit aboutir à une étape de validation. Les tests utilisateurs visent à prendre du recul et à apporter des corrections pertinentes.

Et le SEO dans tout ça ?

La microcopie s’attache par définition aux textes courts mais elle reste compatible avec le SEO. En effet, l’UX writing est partout : boutons cliquables, formulaires… Dans ce cas, cette technique de rédaction se combine avec un contenu plus long comme un article de blog.

Cependant, dans l’intérêt du lecteur, certaines pages web ne proposent que du contenu court : page de contact, de tarifs… Là, le design a un rôle à jouer ! Il peut permettre d’intégrer des mots utiles au référencement naturel sans alourdir l’effet visuel.

Enfin, le SEO ne se limite pas à la longueur d’un texte : navigation intuitive, optimisation des images, maillage interne… À partir du moment où l’on écrit pour le web, ces éléments restent à prendre en compte, et ce quel que soit la taille du contenu !

Ingrid Pilard

Consultante SEO et rédactrice web

Laisser un commentaire